Profession, domestique

< integrer cette vidéo />

Chaque année plus de 150 000 domestiques Philippines quittent leur pays pour aller travailler à l’étranger.

Prix du public au festival Les Nuits Photographiques, Paris.

Disponible sur la boutique

La surexploitation des travailleurs immigrés n’est plus depuis longtemps l’apanage des pays occidentaux. Beaucoup ont déjà entendu parler, par exemple, des conditions de travail éprouvantes, parfois proches de l’esclavage, que subissent dans certaines monarchies du Golfe des milliers de jeunes femmes originaires d’Asie. Depuis quelques années, le phénomène s’est « professionnalisé » au point que de véritables écoles, privées ou publiques, forment au travail domestique des jeunes Philippines prêtes à émigrer, en Arabie saoudite mais aussi à Hongkong, pour y trouver un emploi. Elles sont chaque année plus de 150 000 à quitter leur pays, munies d’un diplôme étatique et prêtes à l’emploi outre-mer.

Sujet Bonnes à tout faire / domestiques philippines, entre Manille et Hong Kong Mai 2011 Reportage pour "Le Monde Diplomatique" Centre de Formation Uno /premier Center Couplé avec l'agence ABC Manpower Quartier de Makati, Metro Manilla Créé en 1998 par Grace Gulan Ici, on forme près de 3000 domestiques par an, prêtes pour l'exportation, essentiellement à Hong Kong, à Singapoure et aux Emirats Arabes Unis. Il y a aussi le Qatar, l'Arabie Saoudite, mais tous ces pays, espèrent les candidates, ne sont que des étapes intermédiaires pour rejoindre le Canada, l'Italie ou les Etats-Unis, rêve suprême. Le centre de formation est payé par l'argent de l'émigration : les employeurs paient un mois de salaire par domestique, qui va directement dans les caisses du centre de formation, soit (200 à 250 candidates par mois : environ US $ 100 000 par mois et, donc, plus d'un million de dollars par an pour faire fonctionner le Centre. La directrice, Mary Grace Gulan, brune plantureuse collée à ses portables et maniantn avec facilité tablettes tactiles, qui, elle-même fut domestique à l'âge de 9 ans, s'emploie, non pas à faire "des robots", mais, juste de "vraies aides ménagères professionnelles, prêtes à l'exportation." 25 formatrices se partagent le travaillent dans les deux centres. Elles les forment en cuisine (adaptée à chaque groupe de pays : Chine, Moyen-Orient et Occident., en lingerie (repassage, nettoyage, sechage), en nettoyage de chambre, en service à table, et surtout, en "attitude" : un mot d'ordre : bien servir. La formation dure 27 jours, soit huit heures par jour. Elle est "gratuite", c'est-à-dire ponctionnée sur le futur salaire à raison de 400 dollars US, environ (un mois de salaire à Hong Kong, fixé par le gouvernement, soit HK$ 3580). Rez-de-chaussée : Cuisine Premier étage : Agence de recrutement Manpower ABC Deuxième étage : bureaux administratifs Troisième étage : Chambres à coucher Quatriième étage : Linge

Biofilmographie du réalisateur
Julien Brygo est journaliste indépendant pour divers titres de la presse francophone, essentiellement pour le mensuel « Le Monde diplomatique » depuis 2006. En plus de ses travaux radiophoniques, journalistiques et photographiques, il a co-réalisé le documentaire Hollande, Dsk, Etc... avec Pierre Carles, Nina Faure et Aurore Van Opstal.

18 min - 2015
Couleur - 16/9 - Stéréo
Réalisation : Julien Brygo
Production : Annie Gonzalez - C-P Productions
Image et son : Julien Brygo
Montage : Matthieu Parmentier
Mixage : Clément Chauvelle
Musique originale : Antoine Dubost
Visa 142.821
Festivals : Compétition Les Nuits photographiques, Paris, Prix du Public. Rencontres photographiques d’Arles. Festival international du film documentaire de Lasalle, Cévennes. Globale film festival, Berlin. Festival Migrant films, Ljubljana (Slovénie).

Entretien avec Julien Brygo, par Caroline Herbelin, pour l'Afrase (Association française pour la recherche sur l'Asie du Sud-Est)

lundi 27 mars
On revient de loin – Opération Correa 2
Palaiseau
En savoir plus
Les films en chantier