mon compte

Squat – La ville est à nous

< integrer cette vidéo />

Pendant huit ans, de 2003 à 2011, Christophe Coello a filmé de l’intérieur les actions de « Miles de viviendas », un groupe de flibustiers barcelonais qui invente mille façons de repousser les murs du possible…

Un verrou qui cède, une porte qui s’ouvre, des cris de joie qui retentissent : un logement condamné est redevenu libre. Simple comme bonjour, la réappropriation qui ouvre le film de Christophe Coello est d’abord un moment d’intense vitalité. Jubilation de déjouer les plans de la société immobilière qui a entrepris de vider l’immeuble de ses habitants, jubilation de redonner vie à un bout de ville morte, jubilation de conquérir un toit au nez et à la barbe des promoteurs et au soulagement des derniers voisins.
Pendant huit ans, de 2003 à 2011, Christophe Coello a filmé de l’intérieur les actions de « Miles de viviendas » (« des milliers de logements »), un groupe de flibustiers barcelonais qui invente mille façons de repousser les murs du possible. Gloria, Vicente, Ada et les autres ne se contentent pas d’investir des habitations promises à la culbute financière, ils impulsent la résistance à l’échelle du quartier.
Collecte d’informations sur les magouilles immobilières en cours, opérations festives de déminage du béton armé, intrusions chez les donneurs d’ordre, tissage de liens de solidarité avec les voisins – comme dans cette jonction improbable et pourtant fructueuse entre les « squatteurs » et les « vieilles dames » du quartier de la Barceloneta.
Un combat perdu d’avance ? Pas sûr, car la mobilisation des habitants pour la défense de leur quartier se double d’une suggestion faite à chacun de reprendre le contrôle de sa vie. La note joyeuse par laquelle commence cette aventure retentit jusqu’après la dernière image. Film d’action, film qui donne envie d’agir, Squat nous embarque dans l’exploration des choix qui s’offrent à nous tous.

 

1h34 - France - 2011
VOSTF. Couleur. 4/3
Réalisation et image : Christophe Coello
Caméra additionnelle : Manel Muntaner
Quelques images données par Simona Levy, Maria, Judith Gimenez, Rabia et Lisa
Musique : IX, Jalea Real, Gadjo, Rotxa
Montage : Christophe Coello,
Catherine Legault, Sergi Dies, Gilles Bour
Technicien post-production : Ludovic Raynaud
Duplication : Wally Charifi
Version française : Stéphane Goxe
version anglaise : Pamela Denton
version castillane : Emma Alari, Paula Monteiro
Production : Annie Gonzalez, C-P Productions en association avec Les Films Buenaventura, Jack et Liliane Mercier. Avec la participation du Centre national de la cinématographie et de l’image animée. Avec le soutien de la région Languedoc-Roussillon, en partenariat avec le CNC.
Distribution : C-P Productions.
Visa d’exploitation n° 122521
Festivals : “Étonnants voyageurs” de Saint-Malo, 2012. “Échos d’Ici Échos d’Ailleurs” de Labastide de Rouairoux, 2012. Festival des Libertés de Bruxelles. Festival de Cinéma de Douarnenez. Festival de Gijon. Festival “Aqua In Festa” en Corse. Festival de Lassalle. Prix du Meilleur Film Urbain au festival “Cinema Perpetuum Mobile” à Minsk, Biélorussie.

 


Christophe Coello témoigne à travers ses films de diverses situations de résistance en Amérique du sud, oubliées ou ignorées des mass médias (Chili, dans l’ombre du jaguar, Tu n’es pas mort avec toi, Mari Chi Weu, Retour en terre mapuche). En France, il a entrepris avec Pierre Carles et Stéphane Goxe un chantier critique autour de la question du travail dans Attention Danger Travail et Volem rien foutre al païs. Il connaît bien les péripéties quotidiennes de la précarité : il a partagé huit années d’aventures au cœur d’un collectif de squatteurs barcelonais et en a tiré un film explosif et drôle, Squat, la ville est à nous. Son dernier documentaire Cas d’école est l’occasion pour lui de partager son regard particulier sur Perpignan, où il a grandi, en interrogeant les contradictions de la République dans l’intégration de ceux qui sont à ses marges.

samedi 27 octobre
Cas d’école
Montpellier
En savoir plus

20 ans de production indépendante
Entretien avec Annie Gonzalez

Les films en chantier