En chantier

Les Bruts

Réalisé par Philippe Lespinasse

arton125-90c3b[1]Artistes sans formation, architectes sans diplômes, dessinateurs enfermés, sculpteurs obsédés, leur imagination est sans limites. Ils bouleversent les codes esthétiques, les critères marchands, et les usages de la bonne société. Ils peignent sur de vieux cartons récupérés dans les cuisines, bâtissent des maisons sans toits, sculptent des racines, mais offrent un contrepoint sensible et désarmant à la domination culturelle.


« Les Bruts » visite des architectures visionnaires, musarde dans des hôpitaux psychiatriques, admire des sculptures à la sexualité débridée, et célèbre l’inventivité de l’art « hors les normes ». Le choc esthétique est violent, frontal. Les Bruts, « gens de peu tombés en création » sont merveilleux, émouvants, et posent des questions sur la norme, la culture, le marché de l’art et l’érotisme.
De son côté, le marché ne reste pas insensible à ces formes jusqu’alors reléguées. De nouvelles galeries voient le jour, spécialisées dans « l’art brut », ou « l’art outsider ». Organisée à New York, et depuis peu à Paris, une foire internationale d’art brut attire les collectionneurs. Des oeuvres d’artistes ayant vécu toute leur vie dans le dénuement ou l’opprobre seront vendues et achetées pour certaines à des prix vertigineux. Reconnaissance enfin méritée d’un art non dominant, ou récupération marchande ? Le marché de l’art ne se laissera pas doubler par ses marges. La presse a flairé le mouvement de fond, du Huffington Post au Monde, les journalistes longtemps rétifs aux créations marginales s’intéressent enfin aux ex voto des intouchables. Embusqués, les docteurs en art brut sont aussi soucieux de baliser leur terrain…
Dans ce long-métrage, documenté, débridé et follement réfléchi, Philippe Lespinasse nous entraînera dans une aventure inédite sur les chemins qui serpentent entre poésie, chocs de cultures, histoire de pauvres, de gros sous, de coups de coeurs et récits de l’utopie.D’un côté comme de l’autre, on y rit gaiement.


Philippe Lespinasse : réalisateur de documentaires, enseignant et collaborateur de la Collection de l’Art Brut, à Lausanne. Passionné par le monde de la mer, il a parcouru la planète pour traiter de sujets insolites, ethnologiques et maritimes. Au fil de ses voyages, des rencontres et des chocs esthétiques vont l’inviter à entrer dans l’univers des auteurs d’art brut. Il a réalisé une vingtaine de courts-métrages consacrés à de grandes figures de l’art singulier, François Burland, Nek Chand, Judith Scott et bien d’autres. La découverte d’artistes ou de créateurs non repérés par la critique est une émotion unique.

vendredi 3 août
André et les martiens
Argelès-sur-mer
En savoir plus
Les films en chantier